Bio

Nill Klemm, Quadra vénère

Pour vous expliquer ce projet, le plus simple nous a semblé de l’illustrer en commentant les résultats d’une récente étude scientifique internationale :

Analyse comparative de la composition chimique d’un chanteur à 20 ans vs. à 40 ans

Chanteur de 20 ans
Chanteur de 20 ans
Chanteur de 40 ans
Chanteur de 40 ans

Taux de collagène

Sex-appeal

Nombre de neurones encore en fonction

Nombre de cuites au compteur

Nombre de râteaux en boîte

En bref, les conclusions de cette étude sont formelles :

– L’écoute de chanteurs quadragénaires est fortement recommandée pour votre organisme en plus d’être un devoir humanitaire ;

– Riches en fibres (artistiques) et en oligo-éléments, ils constituent une barrière naturelle contre le « jeunisme » ambiant ;

– Souvent méconnus, voire mal perçus par l’opinion publique, les chanteurs de 40 ans n’en sont pas moins indispensables au bon fonctionnement de l’écosystème de notre société actuelle.

Le projet Quadra vénère

Assumant pleinement le temps qui passe, Nill Klemm clame haut et fort sa „quadragénie“. Loin de l’assagir, cette décennie lui inspire de nouveaux titres aux textes ciselés, nostalgiques mais fermement ancrés dans le présent.

Portées par des mélodies redoutables d’efficacité, ses compositions renouent avec la grande tradition des chansons populaires, aux refrains entêtants qu’on a immédiatement l‘irrépressible envie de fredonner.

Premier épisode de cette renaissance, «Trompé d’époque» rend hommage avec une énergie contagieuse aux musiciens légendaires des 70’s à travers la voix d’un homme qui, comme nous tou(te)s, aurait tant voulu vivre cette époque qu’on ne cesse de raconter et de fantasmer, quitte à la réinventer parfois.

Quadra vénère, c’est la maturité de l‘artiste et l’effervescence de l’adolescent qui s’attarde encore un peu…

Et sinon, avant, tu faisais quoi?

Parallèlement à une formation d’avocat–dont un 1er prix de plaidoirie au Barreau de Genève, ce qui explique peut-être son sens aigu du verbe, Nill pousse ses premières notes en tant que chanteur-guitariste de groupes de reprises.

Très vite, il se découvre profondément, résolument songwriter : comment mieux s’approprier une chanson qu’en l’écrivant et la composant soi-même ? Même chantées à la première personne, ces histoires qu’il raconte, ces questions qu’il se pose sont toujours un peu les nôtres, nous parlent intimement.

Construits sur le fil des mots, qu’il manie avec une rare précision, ses textes allient la profondeur à la légèreté, la gravité à dérision, la sensibilité à une énergie débordante.

Son premier album connaît un très joli succès d’estime, le single « A la fois » fait le buzz sur les radios suisses ; l’album suivant, qui inclut des titres comme « Trop de tout », « Le nombre impair » ou « Enfin prêt », confirme l’élégance et la justesse de son écriture, ainsi que son indéniable sens mélodique.

Mais son talent, c’est surtout sur scène qu’il l’impose, accompagné de sa seule guitare ou en groupe.

Entertainer complet aux touches d’humour imparables, il est notamment remarqué lors de premières parties d’artistes aussi célèbres que Lionel Richie, Chuck Berry, Michel Sardou, Jacques Higelin, Maurane ou Enrico Macias, ce sur des scènes aussi mythiques que l’Olympia, le Bataclan ou la Scène Bastille.

L’éclectisme de ses références, qui vont d’Aerosmith à Francis Cabrel, de Stevie Wonder à Zazie, de Muse à Alain Souchon, lui a permis de forger son propre univers musical et textuel, une authentique « patte de l’artiste » immédiatement identifiable.